Hier soir, alors que je devais aller acheter des bidules pour faire des bijoux à La Droguerie, pour ma mère (c'est sa grande spécialité de me faire faire ses courses de matériel pour bijoux alors que je n'y connais que dalle... Elles vont finir par me reconnaître, à La Droguerie, à force de me voir me pointer en ne comprenant même pas moi-même ce que je leur demande... ;-) j'en ai profité pour faire un petit tour à la Fnac du Forum des Halles... J'adore ces moments où on est tous là, debouts les uns à côté des autres, seuls malgré tout, un casque sur les oreilles (ça me fait penser à la rencontre Charlotte Gainsbourg / Johnny Depp dans "Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants", sauf que moi, j'ai jamais croisé Johnny Depp au Virgin...)

disques1J'ai passé ma soirée à les écouter (après avoir revu La Haine de Kassovitz, purée quelle puissance ce film !!!)...

J'adore celui de Benabar, et notamment cette chanson, qui m'a fait penser à mon chéri, à qui cette drôle de mésaventure est arrivée il ya 15 jours... Pas facile à comprendre quand on n'est pas en situation...

Des allées, des chants d'oiseaux, un cortège de manteaux noirs, désolé, sans un mot, en silence, en mouchoirs. Tu nous manquais déjà et ce n'était que le début, il ne manquait que toi, notre cher disparu. Quelques arbres bien vivants veillaient sur un champ de granit, monuments pour combattants d'une guerre qu'on perd tout le temps et beaucoup trop vite. Désormais, qu'est-ce qu'on va devenir si tout est moche, si tout est triste ; désarmés qu'est-ce qu'on peut faire, j'ai prié Dieu pour qu'il existe. Ces messieurs des pompes funèbres, au recueillement professionnel, glissaient à la corde le cercueil aux dorures inutiles. Une dame à ce moment-là a dérapé dans les graviers, en poussant un râle comme ça "haaa" qui m'a fait rigoler.

Un fou rire à un enterrement, je m'en veux, je m'en veux vraiment, c'était nerveux sûrement, en tout cas c'était pas l'moment.

Je suis peut-être cruel, complètement insensible, au moins je n'étais pas le seul à rire le plus doucement possible. Comme une traînée de poudre, le rire a enflammé le cortège, tombé sur nous comme la foudre, le plus beau de tous les sacrilèges. Dos voûtés, têtes baissées, j'ai honte à le dire, on poussait des petits cris étouffés, on était morts de rire. Nos larmes alors, n'étaient plus des larmes de chagrin, et c'était pas par pudeur si on cachait nos visages dans nos mains. À petits pas la procession, l'indigne file d'attente, a retrouvé l'émotion devant la tombe béante. Je suis redevenu sérieux, où avais-je la tête ? À nouveau malheureux, c'était quand même un peu plus correct.

J'ai pleuré à ton enterrement, je n'avais pas le choix, tu n'étais plus là comme avant, pour rire avec moi.