Maintenant, j'en profite !

19 septembre 2014

Et à part ça demain...

... on m'appellera Madame :)

Posté par Isma à 07:17 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

16 septembre 2014

Révélation

Depuis le début de cette semaine, petit Pierre commence à fréquenter la crèche pour la fameuse période d'adaptation que nos mères nous envient. En effet, ma mère m'a raconté qu'elle avait du me poser à la crèche le premier jour de son retour au travail pour ne me retrouver que le soir : séparation à la dure. Je me félicitais donc de ce temps de transition où j'allais aussi découvrir les lieux où mon bébé allait désormais passer trois jours par semaine. 

A noter que toutes les mamans que je connais se damneraient pour avoir une place en crèche. 

Ca ne pouvait pas être pour des considérations financières (vu qu'elles gagnent toutes plus que moi et que, même pour moi, la dépense est déjà hallucinante !!). Je me disais donc que cela devait être pour la qualité de l'expérience. 

Un mythe est tombé : la crèche c'est l'équivalent humain de l'élevage en batterie. En tous cas ici et maintenant, pour un bébé de 8 mois, dans ma petite ville de banlieue chic. 

6 enfants par assistante maternelle. Tout est dit. 6 enfants de 8 mois et moins à nourrir, endormir, calmer, distraire, rassurer, câliner. On est d'accord que même avec 25 ans d'expérience et de la bonne volonté, c'est mission impossible. Il faut donc parer aux urgences vitales. Résultat elles passent l'essentiel de leur journée à donner à manger aux bébés. Pendant ce temps-là, les autres sont posés comme des patates sur des tapis de sol et doivent patienter. En pleurant, pour la plupart. Des jouets posés autour d'eux mais aucune sollicitation, aucun câlin. Quand ils râlent trop, on les colle dans leur lit, où ils continuent de pleurer pour la plupart, jusqu'à épuisement. La journée se passe dans les pleurs et le stress. 

Voilà mon bilan après être allée tous les jours passer plusieurs heures avec mon bébé dans ce lieu entre l'orphelinat roumain et l'élevage de volailles. 

Ah et sans compter le fait que deux jours par semaine une des nanas n'est pas là et c'est donc la femme de service (oui oui, la dame qui fait le ménage et la lessive), qui s'occupe des bébés à sa place. 

J'ai évidemment le coeur brisé de laisser mon bébé là-dedans. Heureusement ce ne sera que trois jours par semaine. Hier, la directrice, suite à un désistement, m'a proposé 5 jours, j'ai répondu froidement que cela ne m'intéressait pas, elle en est restée bouche bée. Pourtant, dieu sait que la vie va être compliquée dans les mois qui viennent avec cet arrangement et qu'on va jongler. Mais pour rien au monde, je ne le laisserais davantage là-bas. D'ailleurs, aujourd'hui, je vais chercher la liste des nounous de la ville à la PMI, bonne solution en attendant que je puisse de nouveau m'arrêter ? 

La politique familiale de ce pays est une vaste blague, un tissus de mensonges (d'ailleurs, la récente grève dans les crèches parisiennes m'avait mis la puce à l'oreille et dénoncé des conditions scandaleuses d'accueil des enfants)... Et j'aurais préféré que la "période d'adaptation" n'existe pas, comme à l'époque bénie de nos mères, pour m'éviter de savoir dans quoi je laissais Pierre...

Posté par Isma à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2014

Un roman français

Du livre autobiographique de Frédéric Beigbeder, sorti il y a quelques années, il n'y a pas grand chose à dire : ses emportements contre la garde à vue et le "Dépôt" où on laisse croupir à Paris les prévenus attendant d'être déférés devant un juge, sa déclaration d'amour à son frère chef d'entreprise, l'empilement de marques et de références culturelles aux années 70, un paragraphe sur le courage des femmes d'aujourd'hui qui travaillent ET élèvent les enfants... tout cela est assez anecdotique, sans être inintéressant toutefois. 

En revanche, il y a deux passages qui valent la peine d'être notés ici. Sans doute parce qu'ils résonnent en moi ces temps-ci :

"Une vie de famille est une suite de repas dépressifs où chacun répète les mêmes anecdotes humiliantes et automatismes hypocrites, où l'on prend pour un lien ce qui n'est que loterie de la naissance et rites de la vie en communauté. Une famille, c'est un groupe de gens qui n'arrivent pas à communiquer, mais s'interrompent très bruyamment, s'exaspèrent mutuellement, comparent les diplômes de leurs enfants comme la décoration de leurs maisons et se déchirent l'héritage de parents dont le cadavre est encore tiède. Je ne comprends pas les gens qui considèrent la famille comme un refuge alors qu'elle ravive les plus profondes paniques. Pour moi, la vie commençait quand on quittait sa famille. Alors seulement l'on se décidait à naître. "

Sur sa fille : 
"... son rire en cascade est mon médicament, je devrais l'enregistrer pour me le diffuser en boucle les soirs de déprime. S'il fallait définir la joie de vivre, le bonheur d'exister, ce serait cet éclat de rire, une apothéose, ma récompense bénie, un baume descendu du ciel. "

Posté par Isma à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 septembre 2014

L'expo à ne pas rater

Repérée il y a trois mois dans Télérama, vite vite un sms à copine F avec qui je me suis fait quasiment toutes les expos du Musée Galliéra : les années 50 en France. Toutes deux férues de cette mode si féminine et élégante, de ces accessoires si précieux (aaah les bibis !!! et les gants qui montent jusqu'au-dessus du coude !!), nous voilà en route avec bébé, très cool et curieux de toutes ces visiteuses de tout âge ;)

 

 Photos volées, désolée... 

photo

photo-3

 

photo-2

Posté par Isma à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 septembre 2014

Des envies d'Italie, parfois...

Parfois, des envies de Rome, de retourner en Italie me prennent... pas pour y vivre, et même pas pour la bouffe ;) (enfin, si, une petite glace de temps en temps, j'avoue que...) mais juste pour poser mes pas sur ces pavés, en oubliant tout ce qui me déplaisait là-bas... m'asseoir sur le muret le long du Panthéon, traîner via della Croce en hiver, aller au rayon déco du "Coin" de Prati, au marché à côté des murailles du Vatican, traverser le Pont Sant'Angelo, prendre un caffé latte à Campo, acheter le journal en face du Farnese, passer devant le luthier en mangeant un morceau de pizza bianca de chez Riscioli, m'installer sur les rebords de la fontaine des Tortues dans le Ghetto ou marcher jusqu'au théâtre de Marcello puis vers le Capitole... Même pas de la nostalgie, juste des envies... Et des envies de vivre ça avec mon amoureux aussi... 

santa_maria_sopra_minerva_facade

Posté par Isma à 11:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


28 août 2014

La politique

En vraie petite sciences po de base, pendant des années, j'ai été sincèrement passionnée de politique, le genre qui lit Le Monde en cachette au bureau, qui décortique toutes les infos sur les médias en ligne, qui connait les bios des ministres, qui s'énerve en gueulant sur la radio pendant les interviews du matin sur Inter, qui connaît toutes les petites anecdotes sur les ministres, qui compte parmi ses amis un nombre incalculable de membres de cabinets futurs ou ex... Bref, passionnée et insider. Du genre aussi qui détestait ceux qui ne s'intéressaient pas à la politique. 
Les années sont passées, l'homme de ma vie a changé aussi (moins passionné par la politique, plus mesuré, engagé autrement que dans les grands discours), mon boulot m'a ouvert les yeux sur l'incapacité intrinsèque de la politique à changer certaines choses, et ce gouvernement aidant, trompant ceux qui l'ont élu en faisant l'exact opposé du discours de campagne... mes illusions sont passées, mes attentes ont fané, mes centres d'intérêt ont évolué, mon monde a bougé, légèrement, en douceur, sans en avoir l'air. Et maintenant, je suis là, à regarder ça, de l'extérieur, avec un peu de tristesse, un peu de hargne, un peu de mépris, beaucoup de distance. Et à la fois je sais que je ne peux plus avoir d'autre posture que celle-là, qui est la seule à e convenir vraiment, et je suis triste d'être devenue cette femme sans illusion, sans combat (?). Pas sans valeurs, certes, mais comme repliée sur elle-même et ne voyant plus comment participer à l'action commune. En tous cas, plus comme ça, plus avec une carte de parti. 
Faire évoluer cette envie de ne pas rester sur le bord du chemin et de participer. Comment ? Avec qui ? 

Work in progress. 

Posté par Isma à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2014

Au ralenti...

Plus lente avec l'été et les vacances. Bizarre... Très peu tricoté lors du séjour en Dordogne, maison pas super confort, famille sur le dos, peu de tranquillité... Mais oufff ça y est, mon premier projet en taille 1 an est arrivé à terme. En même temps, c'est le gilet Raglan Petit Faune, qui taille super petit, donc pas vraiment du jeu. 

Réalisé en Holstgarn Coast couleur Blackcurrant, j'adore cette laine même si elle n'est pas du tout évidente à tricoter, très très fine. Petits boutons de l'Entrée des Fournisseurs. 

IMG_3511IMG_3509

IMG_3510

IMG_3512

Posté par Isma à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 août 2014

Découvrir la forêt

 

IMG_0956IMG_0950IMG_0951

IMG_0952

Nous profitons de cette fin d'été qui ressemble déjà à l'automne pour nous balader dans la forêt à 5 minutes de chez nous. Merci la poussette tout terrain et surtout merci le soleil d'avoir montré ton bout du nez au moment du goûter du Sieur Pierre. Il a ainsi pu éviter de se nourrir exclusivement de feuilles presque mortes :)

Posté par Isma à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 août 2014

Dans 5 semaines

Le temps est gris, pluvieux. Pierre a de drôles de boutons sur le visage. Et dans 5 semaines je retravaille... Que dire ? 

Essayer de ne pas penser à cette reprise. Essayer d'y voir des choses positives (je cherche, là). Regarder grandir mon joli bébé (malgré les boutons), manger sa girafe, attraper tout ce qui lui passe sous la main, faire des mimiques rigolotes et son sourire sans dent, le tout sans m'énerver quand il ne veut pas bouffer les petits pots que je me fais suer à lui concocter pendant des heures... 

Bref, je retravaille dans 5 semaines, dont 2 pour Pierre en adaptation à la crèche (2 semaines d'adaptation, non mais j'vous jure...)

 

Posté par Isma à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 août 2014

Le calendrier

Il y a quelques années, à l'occasion d'un séjour aux Etats Unis, j'avais découvert leur art des grands calendriers de style un peu country, à afficher au mur dans la cuisine et sur lequel on peut tous noter tout ce que l'on prévoit pour le mois, question de ne rien oublier. Depuis plusieurs années, ne fréquentant plus la cambrousse américaine, je me fournis sur internet... En septembre, au moment où ils commencent à faire des promos pour les calendriers de l'année qui vient, je passe immanquablement un certain temps sur ce site pour trouver la perle rare qui animera ma cuisine et me donnera un petit moment de joie le 1er du mois, lorsque je tournerai la page (alors que, mélancolique et nostalgique de nature comme je suis, le fait de symboliser le temps qui passe m'angoisse en général plus que cela ne me réjouit...)

Cette année, mon coeur balance entre tous ces modèles : 

201500003333201500001255201500005827201500001206201500005818

 

Et vous, vous choisiriez quoi ??

Posté par Isma à 21:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Fin »