Le jugement était rendu le 10 décembre : aucun envie d'aller une fois encore passer la matinée au Tribunal du coin pour écouter pendant des heures les jugements rendus envers des inconnus. D'autant que le papier devait nous être envoyé par la Poste dans la foulée... Mais voilà, 10 jours plus tard, toujours pas de nouvelle. N'y tenant plus (et ne dormant plus non plus), j'ai donc envoyé l'Homme audit tribunal...

Le ventre serré, il est parti, vaillamment. On s'attendait à tout, forcément, dans ce conflit qui nous opposait à cette proprio sans vergogne depuis presque un an. 

Alors quand il m'a appelée en braillant "on a gaaaaaaagné", évidemment, j'ai exulté moi aussi. 

Et puis une fois à la maison, après la danse de la joie, j'ai lu le fameux jugement. En vitesse, car j'avais rendez-vous à la maternité ensuite. Et là, j'ai déchanté. Premièrement parce que sur le fond, la juge botte en touche et ne dit pas clairement que cette Thénardier avait mis en place une grosse arnaque, mais la condamne tout de même à nous verser des dommages et intérêts. Sans doute sa version  de l'équité ; ce que je considère plutôt comme une volonté de ne pas trancher "pour de vrai". En plus de ça, la juge a fait une erreur dans ses calculs et nous demande de payer une somme que nous avons déjà versée !! Ensuite, parce que figurez-vous que c'est à celui qui gagne de faire appliquer un jugement. Et oui ! A nous de faire intervenir un huissier si Madame Thénardier refuse de payer d'elle-même... Moi, auxiliaire de justice ? Et enfin, parce que j'ai découvert qu'elle avait ensuite un mois pour faire appel, y compris sur le fond de l'affaire. Bref, on n'était pas encore totalement débarrassés d'elle...

Bon, après réflexion (et une visite rassurante à la maternité... et une petite virée dans Paris qui m'a fait découvrir la boutique Bonton de la rue de Varenne et un merveilleux tour de lit que je rêve d'offrir à ma souricette... ;) il semble que 1- l'huissier soit à ses  frais ; 2- la somme déjà versée ne doit pas l'être une deuxième fois et le greffier s'est engagé à nous aider à la récupérer si la folle refuse une procédure à l'amiable ; 3- il y  ait peu de chance qu'elle fasse appel car elle en serait pour de gros frais supplémentaires, compte tenu de ce qu'elle doit déjà verser... 

Bref, s'entraîner à voir le verre à moitié plein. Et ne pas psychoter sans arrêt pour des trucs qui ne sont pas encore arrivés... 

Depuis, peu à peu, un poids s'enlève, je me sens plus légère, comme revenue à mon vrai moi d'il y a quelques moi(s) ;) et il m'arrive même de faire une vraie nuit, parfois....!

Edit une semaine plus tard : et RE- un recommandé de la part de cette foldingue : elle compte bien faire appel. Enervement, angoisse, découragement, puis lassitude et distance. Après vérification, seules 5% des décisions de première instance au civil font l'objet d'un appel (les justiciables les plus dingos j'imagine...) et seuls 40% des jugements sont cassés en appel. Mais pour elle, nous pourrir la vie est devenu une seconde nature... Cette fois, on va sans doute prendre un avocat, parce que franchement, le temps va nous manquer avec l'arrivée de notre souricette l'année prochaine : autre chose à faire que monter des argumentaires, rédiger etc...