En ce moment, le soir, c'est cuisine/ménage/cuisine/rangement/emballage des cadeaux de Noël/repassage/cuisine. Exemple hier soir, rien que côté cuisine : finir les orangettes, faire le dîner, préparer des purées au Babycook vu qu'on est en vadrouille chez les beaux-parents ce weekend ("mais pourquoi tu lui donnes pas des petits pooooots ?" j'anticipe la belle-mère), sablés de Noël pour mes collègues préférées et les filles de la crèche (non je ne suis pas rancunière, il y en a aussi pour celle qui a coincé le doigt de Pierre dans la porte), truffes au chocolat à offrir à la belle-famille...
Bref, épuisant, je suis sur les rotules en permanence (mais c'est pour la bonne cause, of course)... D'autant que le tout culmine, vers minuit, en gros quand je viens à peine de réussir à  me vautrer dans mon lit comme une otarie obèse me coucher, quand Pierre se met à hurler... de faim... Opération biberon, couche, câlin.. et moi je peux enfin dormir ?...

Donc, hier, suite à ce programme plus que monstrueusement chargé, je me décide à m'offrir un quart d'heure de calme avec mon tricot (quoi que ce sujet soit particulièrement stressant aussi (je ne vous ai pas parlé de mon projet absurde de gilet "Père Noel" pour Pierre, commencé le 17 décembre ? no comment...). Et je décide même de m'offrir, comble du lâchage et de la beauf-attitude, un quart d'heure devant la télé ! Mon homme, toujours bien intentionné et parce qu'il voit bien que je suis au bout du rouleau après avoir passé un quart d'heure les doigts dans le chocolat tellement dur que je me demandais si je ne devais pas sortir la perceuse pour fabriquer les truffes, me dit "oh tu vas voir, il y a un super reportage sur le chocolat sur Envoyé Spécial". Super... Merci Télérama, c'est vrai que je n'avais pas du tout eu ma dose de chocolat...  Bon, ok, super, des histoires glauques de spéculateurs de chocolat qui arnaquent producteurs et consommateurs. Bonjour l'esprit de Noël. Mais ça ne s'est pas arrêté là. Reportage suivant : les femmes esclaves des groupes islamistes au Proche Orient. Super. Avec tous les détails des traumatismes et des violences endurées, les cris, les pleurs, purée, je me suis crue devant un de mes écrits au boulot, l'espace d'un instant. A croire que je suis poursuivie.

Finalement, je suis retournée dans ma cuisine ;)